Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Dans Les Derniers Episodes

Efc

9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 17:35

MARCHE

Je pensais aimer les cimetières, j'en sors mitigée.
Toutes ces dalles sur lesquelles bavait le soleil, ce bleu azur quand je levais mes yeux, cela n'atténuait en rien ce silence.

Je me suis avancée un peu, deux rangées après l'entrée, là j'étais sur un promontoire qui surplombait la ville, on voyait la masse fumante de la tour destinée à la production d'électricité, des arbres en moutons verts, des toits. Tellement de rien.




Et tout en même temps.

J'étais asphyxiée alors que c'était le grand air. Troublée par la paix environnante, me demandant s'il était vraiment légitime que je prenne ces photos, que je m'aventure dans un espace où personne que je connaisse avait été inhumé.
J'avais l'impression de tous les déranger, ces squelettes.

Alors je suis partie, rapidement.
La grande grille noire traçait des traits sur le gravier, ça crissait méchamment sous mes chaussures, et tout me venait à mesure que je marchais vers la gare. Ces choses que j'avais oubliées sûrement, des histoires de gens qui ne sont plus là, qu'on ne voit plus, des histoires de famille je suppose.

Et j'aurai pu m'endormir ainsi le long du trajet, si je n'avais été arrêtée sur le chemin par un pigeon trop con, mort sans égratignures. Genre, perché dans son arbre et qui décide de se suicider "parce qu'il fait décidément trop beau".

Je vous épargne la photo..

Repost 0
Published by MWASINONTWA - dans - Ma tête en 3D
commenter cet article
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 22:46
MIDDAY

J'ai créé Alyster.
Mon monstre.
Avec une réelle intention d'écrire un bouquin auquel je consacrerai chaque moment où je ne fais RIEN, si j'y mets vraiment du coeur, il en ressortira exactement ce que je veux.

 Je ne vous l'avais encore jamais dit.  

C'est une petite certitude qui s'étale sur mes années de vie comme une évidence : je sais que, sur toute mon existence, j'écrirai un livre.
C'est presque une obligation, sinon un besoin. Pas d'épanchement personnel, mais un condensé de poésie et de magie que j'ai pu trouver dans certaines oeuvres de mes grands maîtres, comme Murakami, ou H-A Fournier, pour ne citer que ces deux auteurs.

Puis ça m'intrigue. Il semble que je tienne une histoire, fantasque au possible, si pas, d'une grande décadence, et le statut d'écrivain m'a toujours interpelée. Un milieu que les gens regardent de loin en se lançant des "ho bon" entendus. J'ai assez de matière ignoble dans ma tête que pour faire vivre des personnages dérangés.

Je vais essayer.


Sinon..

Depuis tout ce temps, qui se présente en mois, je n'ai lu aucun livre.
Je me renie moi-même, le livre c'est par là que j'ai commencé à vivre en somme.
J'ai oublié ce plaisir de la lecture, à mesure que je m'embourbais dans mon quotidien. Une vraie crasse qui m'a rayé la machine.

J'ai acheté du polish hier pour refaire briller tout ça.

Aussi, je n'ai pas école aujourd'hui, c'est la grève générale des transports en commun belges.
Du coup je suis chez moi, je classe mes photos, les arrange par ordre et me creuse la tête pour mes prochains travaux...kawaï hein !

PORTFOLIO
Repost 0
Published by MWASINONTWA - dans - Ma tête en 3D
commenter cet article
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 23:51

PHOTOBOOTH

Ca arrive de la lune vers ma terre.
De maan is rond, zoals een balon. Rond ? Ja, zoals een balon
Ma bravoure quotidienne dans sa trépidantitude, les chauffages se rallument, les cours passent. Déjà deux semaines de travaux, d'observation, de remise en cause, de doutes et j'en passe.




Bouleversant, cette manière de penser sans arrêt aux cours. Une espèce de prise de tête douce amère.
Tout doit venir de toi.
Pas d'un syllabus à régurgiter gentiment.
Ou d'une retranscription servile.

Chez moi, en ma tête, personnellement, ça ressemble en tout point à une bouillie académique, sorte de tableau abstrait auquel même les lignes et les scraboutcha ne feraient pas honneur. Et je modèle par dessus tout ça. Je suis entrée à l'école un jour, et le second, on avait déjà tout détruit de mes anciennes manières de faire.

Je me retrouvai alors avec dans mes mains cette affirmation
"Nous ne partons que de ce que vous nous proposez"

Bien sûr ! Eurékâ ! Happy birthday to God.




Plus je photographie plus je trouve une logique à mon travail, une manière d'aborder les couleurs, la mise en forme, le contrôle des variables, sans affecter les constantes. Ca ressemble à des maths, mais c'est plus subtil.
Faut pas oublier que ça fait même pas deux semaines que je photographie moi, j'y connais strictement rien.

Alors comme tout performer doit s'entraîner,
j'ai du faire au moins 300 clichés aujourd'hui, dont 1/4 à jeter, 2/4 à garder, et le dernier quart à proposer.

Parce que Lundi c'est grève des transports, je shooterai tout le monde, en m'baladant le fessier outside de la maisonnée. Dans le genre fashionista en quête de vieux, de carcasses perdues, ce genre de gens.
Je vais t'attaquer l'bergère moi, t'vas voir !



BIG KASSDÉDI A MON FRÈRE, J'te kiffe
Repost 0
Published by MWASINONTWA - dans - Ma tête en 3D
commenter cet article
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 21:52

NINE ENDS

Je pourrai écrire un roman.
Sur moi.
Ou sur les gens.

Ce genre de bouquin que l'on prend en main un soir et dont on se détache sans regrets parce que les passages réguliers de mes journées se collent bout à bout comme des chapitres que l'on lit sans envie et dont on ne retient rien. De ces rencontres avec les 4 oies cendrées tassées dans leur enclos près de la gare, à côté des poules et des bidons bleus, ou encore des vieux qui pullulent en ville, je n'ai qu'un flash qui me revient.


 


Une espèce d'obsession sur le temps.

Le temps qu'il fait, le temps qui passe, le temps que ça prend, le temps qui m'échappe.
Ca conditionne tout ce que je peux faire, inconsciemment. Je suis collée au secondes, aux heures, les yeux hypnotisés par la rythmique de la trotteuse.

Et malgré ça, j'arrive encore à me faire mon petit "carpe diem", comme si tout en sachant que tout s'écoule à une vitesse effroyable, j'arrivais à contrôler mon espace de vie.

C'est faux, je sais.
Mais ça ne me nuit pas.



[ SECOND TRAVAIL DE PHOTO ]

Exercice portrait : sur les premiers exemples de Waplington et Dijkstra, établir une chronologie cohérente de portraits à caractère divers mais liés par une idée, une démarche.

Dans la droite lignée de ce qui m'imprègne, je pense photographier des personnes âgées. Leurs rides, leur solitude, leur mémoire en flash abandonnée sur mes clichés.

Ou des gosses.
Repost 0
Published by MWASINONTWA - dans - Ma tête en 3D
commenter cet article
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 23:04

NIGHTS

Aujourd'hui, j'ai inventé l'oeil-olienne, le rôtichon, j'ai bavé devant et en mangeant mon panini chaud à midi. J'avoue que j'ai rarement passé journée si folklorique, entre le prof de la première heure qui refusait catégoriquement de "donner cours dans des conditions pareilles", rapport au projecteur qui ne diffusait que des images N&B et pas couleur. Et aussi cette pluie qui avait cet effet de contraste sur moi. La maussade des gens, ma passade heureuse, joyeuse, presque un tantinet gaga.





"L'art se montre en sa vraie nature. Et quoique j'aime ce côté impur de la photo noir et blanc, ma préférence se porte aux éclats naturels que la lumière fait ressortir en se cognant décemment aux objets, aux personnes, à leur être. Ce que je montre, c'est l'impudeur du temps. Le temps sous sa forme multiple, qu'il échappe ou nous colle à la peau. Bien sûr il est un ennemi dont on se méfie autant que l'on s'y fie."

Cours de photo, début 16h, fin 19h, Mona sur les rotules, les yeux hagards et la bouche empâtée, libérez -moi. 
Ca c'était l'état d'esprit du début d'heure.


Et le prof a ouvert le livre, ce livre.
Living Room de Nick waplington.


Je ne peux pas dire que j'ai eu un flash, je n'oserais pas.
Mais, c'est cette démarche, toute la temporalité d'un moment concentrée dans un objectif. Des enfants souverains, une mère opulente, grasse, une négligence ambiante.

J'ai adoré les teintes, le rendu coloristique, les prises de vues. Ce cadrage que l'on croirait raté, la proximité aussi, des portraits qui n'en sont pas.

Tout ce que ne pouvait pas me procurer l'oeuvre de Dijkstra, seconde personne vue au cours, dénuée de tout effet de mouvement, de vie, ce qu'il manquait tellement à ses photographies. Un entre-deux parfois malsain, j'ai détesté.

 

Repost 0
Published by MWASINONTWA
commenter cet article
28 septembre 2008 7 28 /09 /septembre /2008 23:13

KIKOOLOL

Enfin, c'est pas moi qui l'ai inventé.
Il y a la vie Kinder Bueno, ceux qui calquent tous leurs mouvements sur ceux de Lorie, ceux qui ne savent pas vivre sans du PQ extra-doux senteur pêche, t'en a même qui pleurent dans les rayons magasin en apprenant que leur marque préférée de Ketchup a changé de packaging pour la Nowel. Et puis il y a ceux qui comme moi, restent assis des heures, et ont l'illumination, un matin en pleine lumière solaire : "la vie c'est kawaï".

 

Ca peut faire peur.
Ou sourire.

Il faut pourtant retenir que même si le voisin a choisi de faire un feu taille 12 mètres dans son jardin en enfumant le quartier, il n'y a pas matière à se plaindre. On peut râler sur un marteau qui nous a malgré tout zigouillé pas moins de deux phalanges, on peut même médire le ciel de faire de ce dimanche une journée terrib' tellement il fait trop beau.

Mais j'ai oublié comment on faisait pour réellement être contrarié.
Et ça me fait marrer.

Happy Sunday Guys
Repost 0
Published by MWASINONTWA - dans - Ma tête en 3D
commenter cet article
27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 23:11

L'foutwaaar

Un peu trop de verdure.
Et c'est bien la première fois que je m'en plainds.
Le fermier a planté des patates cette saison, et ça a poussé en moutons verts dans le champ. Du coup, il n'y a pas la poésie du blé, où la pointe de la tige se mue en doux épi qui ondule et attire le regard par sa mouvance, sa douceur de velours.

Là pour le coup, l'fermier il déchire point.





C'est comme les tracteurs.
D'habitude, il en passe pléthore, là pas une esquisse de roue, pas un bout de chapeau de paille (ouais bon, je caricature, l'fermier l'est pas comme ça par ici). C'est comme si l'on avait ratiboisé la zone de l'authentique rigolade de la bourgade où je me trouve, je suis démunie, sans sujet, sans visage tané à prendre en photo.

Je fais ma malheureuse sur le traffic de ce peuple - les laboureurs c't'un peuple hors du commun ma chère dame - parce que j'aurai voulu prendre les photos authentiques qui trouent les fesses, mais apparemment ils avaient des ongles à curer plutôt que de venir voir si leurs plans de PDT poussaient.

Entre autres galères, il s'avère que un des deux films que j'avais à développer était des dias- "indéveloppables mademoiselle !" - et que l'autre n'a réussi à me fournir en tout et pour tout qu'une minable tof' sur 10. J'avouerai juste, pour ma défense, que la pellicule datait de 93...
D'où l'exploit d'la développeuse d'images.
Hip Hip hourra.



Du coup, j'ai toujours pas mes 5 point of view, je suis dans la galère, genre la même que celle d'la mère Chimel qu'avait perdu son chat. Et quand je te dis la poisse, c'est du même acabit que celle qui colle aux doigts comme un méchant bout de scotch, mais ça, ça a au moins l'avantage de me motiver plus que de raison.

Ouais je sais, j'suis zarb.

Repost 0
Published by MWASINONTWA - dans - Ma tête en 3D
commenter cet article
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 23:45

FIVE

Ces 5 points de vues à prendre me transforment en gruyère. A force de me triturer la tête dessus, je ne sais même plus où regarder, ce qui doit ressortir de moi derrière l'objectif.
J'essaye de me poser, de mettre en exergue l'élément essentiel : le photographe doit répondre à une question. Sa photographie est la réponse, on doit savoir pourquoi l'auteur l'a prise.




En fait je pense que c'est le bordel de ma maison qui m'empêche d'y voir quoique ce soit de manière libérée. Ma chambre est dénuée d'intérêt, trop exigüe pour mon appareil. Il se peut que j'aie un numérique de supra méga qualité ce soir à mettre entre mes petits doigts de fifille trop gâtée pour ce qu'elle vaut.

Et là faudra l'illumination.

Ce matin, ce soleil, tâchant mon bureau d'une grande flaque chaude et jaune.
Au moins ça m'a fait oublier ce mal de gorge qui s'est insidieusement posé en moi et n'est sûrement pas près de me quitter du week-end.

Mais sinon je vais bien.
Si l'on peut aller bien submergée de travail.
Mais quand ça vous plaît, on ne se plaint pas. C'est le contrat.

Repost 0
Published by MWASINONTWA - dans - Ma tête en 3D
commenter cet article
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 21:19

LOOKS

Je ne savais même pas qu'il y avait un parc pas loin de mon école.
A vrai dire, c'est plus ce genre de lieu surfait pour que les personnes trop citadines puissent faire comme si elles respiraient de l'air travaillé par la nature, alors que bon, le poumon vert est relativement petit et sans grand intérêt.
 
[ Travail visuel avec le prof de photographie ]

S'imprégner du lieu, et décrire des clichés que l'on aurait fait à l 'aide de mots, ou de dessins.

J'étais un peu larguée au début, genre "il me veut quoi le type là ?", que décrire dans un endroit aussi peu chaleureux, sans réelle brume, avec ces gens en KW traînés par leur chiens d'un côté de l'autre des allées ?

Et la chiâle. Le gosse accroupi dans son désir d'en finir et d'obtenir ce qu'il veut, la balançoire tenue en l'air à quelques mètres de là pour achever la tension du moment.
Comme ce regard, la tête du gamin qui vous affiche franchement sa détermination, la mine boudeuse, le cou tordu sur le côté.

J'aurai pu embrasser son visage avec le déclic d'un appareil photo.
Mais je me prêtais au jeu, la description personnelle de ce lieu que je fréquentais depuis à peine quelques minutes.

"C'est vite romancé, et cet instant...il faudra savoir le saisir sans faute. Car d'un moment à l'autre, l'une équipe ou l'autre marque un point. Si tu es le gardien de but, tâche de prendre le ballon avant qu'il n'arrive à toi, sinon tu te fais bouffer par le moment perdu, et c'est le rêve instantané qui s'effondre".


Je suis rentrée à 19h37 à la maison avec les yeux comme des loupiottes.

En pensant photo.
En mangeant photo.
En buvant "grave" photo.

Il se peut donc que je fasse photographie...

Repost 0
Published by MWASINONTWA - dans - Ma tête en 3D
commenter cet article
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 23:16

DZIN

Même les yeux ouverts sont fermés, je suis fatiguée comme une enclume, ça me pèse depuis ce matin.
J'ai cru que ça s'évanouirai dans la flaque noire de mon café, dans la buée chaude et trempée sur mon visage.
Mais c'est resté.

Même après la sieste.
Même après trois baffes éclatées sur les joues.

En sueur, arrivée au siège de l'école, séance sauvage de rencontre avec les profs qui s'est soldée par un :

- je veux plus faire du dessin, crève vermine !
- je veux faire de la photo, ça botte bien le cul.
- mal de bide incertain, me suis bourrée aux "petit beurre"

Et depuis maintenant 3h, je suis une loque du cervelet.
Injectez-moi des trucs qui pètent.

Repost 0
Published by MWASINONTWA - dans - Ma tête en 3D
commenter cet article