Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Dans Les Derniers Episodes

Efc

3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 11:45

Hier, séance de torture ultime dans les magasins "chics" : trouver une robe pour la magnifique demoiselle d'honneur que je suis. Mariage de papounet oblige, direction ces gasmamins à air conditionné, rayons espacés de 3km, 4 articles sur les étagères, jamais plus. Nous voici dans le superbement laid mais néanmoins kiffant monde des péteux.


Ce n'est pas tant cette ambiance de superficialité qui me gêne, c'est surtout ces prix exhorbitants pour des chiffons de luxe que se payent des bourgeoises qui ne foutent rien d'autre de leur journée que du shopping.

En réalité, en tant que fille zarbi de haut rang, je n'aime pas boütiker. Trop de rivalité, trop de déceptions, trop de fustration intense devant ce jean qui n'est plus en stock à notre taille (parce que le 34 ou un petit 36, ça part comme des petits pains). Trop de râlerie, trop de gens aussi. Les soldes c'est la période de la revanche des "fashions qui s'y croient", comme si de se ruer dans les boutiques allait faire tourner le monde un peut plus vite, un peu plus rond.

J'ai essayé LA robe, la blanche, celle que quand tu la mets tu te sens légère et habillée, celle qui frôle la peau. Une loque de luxe oui, 400 euros hors réduction, 280 avec. Too much is too much, I went back home without it.

Du coup, je suis pas fringuée pour le mariage, on va encore croire que je fais ma difficile mais que nenni. Je suis juste à la recherche du chic et de la classe, la dandy attitude version woman pour une journée, avec ou sans converses.

Alors on va boütiker plus vintage pour moi, parce que j'adore ça. C'est qui qui sera la plus belle du mariage ?


Repost 0
Published by MWASINONTWA - dans - Ma tête en 3D
commenter cet article
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 23:10



Donc, il était une fois une petite chieuse de 10 ans qui n'avait jamais été heureuse de sa vie. Elle voulait un poney, n'avait reçu qu'une barbie, voulait se raser l'arrière du crâne et clasher les murs de sa piaule en mauve vomi. Finalement ce genre de gosse, c'est celui qu'on rencontre partout, un gamin névrosé par l'âge avant même d'avoir atteint les 20 ans.

Ouais j'exagère, mais au final, cette course contre le temps, ça ne sert à rien camarade.


C'est comme de se dire qu'on va manger tout un gâteau alors que l'idée même de ce dernier n'a pas encore émergé dans notre esprit. Patience, prendre du plaisir, ce côté un peu épicurien des jours que l'on vit, l'imprévu qui nous guette et nous gâte, pourquoi vouloir tant de hâte ?

J'ai des journées d'infini, les yeux dans les étoiles, alors que le jour n'a même pas fini sa course. Je ne me suis jamais sentie aussi bien qu'en faisant ce que je veux, avec qui je veux, où je veux, quand je veux. 

Cette liberté de choisir les souvenirs qui composeront ma vie.


Repost 0
Published by mponesisgreat - dans - Ma tête en 3D
commenter cet article
25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 20:34
Ho,
those sunny days remain so many smiles, so many friends, so much things we didn't hide.



Fin juin, le soleil qu'on me pique de l'autre côté de Bruxelles, puis qui timidement revient dorer mon visage vers la septième heure du soir. Juste une chaise, mes fesses dessus, le regard porté dessus les toits, et tu chantes comme tu ressens. Avec le vent qui s'enroule sur ma peau, prend mes cheveux, les fait doucement caresser mon visage. Au final, les belles journées sont celles qui coulent comme une poésie à laquelle il ne faut surtout pas toucher.

Que ça enchante, sans attrister, qu'on aime, comme c'est rare, de se laisser aller.

 

Repost 0
Published by mponesisgreat - dans - Ma tête en 3D
commenter cet article
25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 10:41
Repost 0
Published by mponesisgreat - dans - My music - My mind
commenter cet article
24 juin 2008 2 24 /06 /juin /2008 10:44
Les pires erreurs sont celles que l'on commet par mégarde, sans avoir prêté attention à ce que l'on aurait pu dire ou faire.

Mes erreurs sont de cet ordre là généralement, parce que je balance des choses de manière impulsive sans penser à regarder les conséquences, Mona est entière dans le moment qu'elle vit, et ne cherche en aucun cas à jouer un numéro de comédienne. Bien que là aussi je sois douée...

Alors avec moi c'est cash, on passe à la caisse, ce n'est pas tant cette dénonciation un peu enfantine que je pratique, mais plutôt les boutades quasiment ininterrompues pour attirer l'attention. Parce que je suppose qu'il s'agisse de cela, des remarques pour qu'on me voie.

Je ne suis pas foncièrement peste, je ne suis pas foncièrement bonne (au sens moral hein, je précise), je suis juste une petite pile électrifiée qui s'agite quand elle s'entoure d'autres personnes. Qui irait me reprocher d'être toujours à fond dans ce que je fais ?

Il faudrait juste que j'apprenne à me contenir davantage. Il y a bien des gens qui le font, alors pourquoi pas moi ? 


EDIT :: C'est pas parce que j'écris ça que je viens de commettre une mistake, ça me triturait juste.
Repost 0
Published by MWASINONTWA - dans - Ma tête en 3D
commenter cet article
23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 22:45

And what about those beautiful dresses, brushed hair and red nails, a pair of shoes in a corner, junkies wouldn't take care about the mess.

J'aime les choses vintage, les machins, les breloques, les trucs qui s'accrochent au cou, les gros ceinturons. Pas sur moi, c'est le paradoxe, mais j'adore regarder cette nouvelle façon d'agrémenter les fringues d'hier avec celles d'aujourd'hui, faire un "melting pot" de nos chiffons pour se faire un style unique.


Un brin pétasse, un brin je m'arrache, ça claque dans tous les sens, les ballerines classouille et les slims coton, c'est branché d'être dans le ton london girl. La panoplie, c'est l'inventivité, des ongles peints en vert, une mini veste rouge, et un shirt orange, ça doit être flashy et à tout prix attirant pour le regard. Les moins ambitieuses miseront sur les tenues plus discrètes mais à coupe moins évidentes, pour faire de l'asymétrie visuelle une gourmandise.


Et si cette ruée vers le vintage donnait meilleur goût au design contemporain ? Ça devient presque un code de valeur, on retombe dans le monde de ses propres parents, on pioche dans leurs souvenirs, grosses lunettes, parure près du corps, ou à volants. Un brin de cheveux en bataille, des coupes longues et recherchées, ou des courtes ébouriffées, ça donne une impression de vivre sans contraintes, sans limite, une pleine liberté; l'affranchissement d'une culture qui ne plaisait pas pour un renouveau de ce qui est ancien mais plus has been.


On touche au kitch, à l'overdose de couleurs, ou à une attitude relativement fermée. La musique en fait son fond de commerce depuis quelque temps déjà, flash-back constant vers les années yéyé, la cool attitude, revendique la panoplie complète du bon petit jeune d'aujourd'hui. Les publicitaires vendent du vintage, les marques rivalisent d'ingéniosité, on ressort des limited edition special 100th anniversary pour des godasses, c'est carrément plus le sporty chic qui est dans le move, on est passé du côté de l'avant-garde en ayant gardé le style mi classe, mi débraillé.

Il faut avoir 40 000 paires de Converse , des jeans serre-fesses, des yeux smokés. Pas dans la mouvance tokio schmotel, plutôt genre anorexico-fashion, si tu fumes c'est encore plus classe.


Je suis pour, je suis contre, j'aime bien, j'aime pas, quand c'est subtil pas surdosé, quand c'est classe et pas grunge, quand c'est léger et et que ça ne fait pas l'effet d'un ramassis de fringues à taille humaine...


Repost 0
Published by mponesisgreat - dans - Ma tête en 3D
commenter cet article
21 juin 2008 6 21 /06 /juin /2008 22:12

...

Image hébergée par servimg.com
Repost 0
Published by mponesisgreat - dans - Ma tête en 3D
commenter cet article
20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 18:15


Hey Hey le peuple. C'est l'heure du weekend qui approche. De quoi se trémousser avant l'heure sur ce blog, j'ai envie de vous faire plisser les mirettes, un sourire engagé au coin des lèvres.


Alors quoi d'hystérique dans le coin ?


J'ai une répète avec le groupe, la reprise comme on dit. Un mois et demi sans voir les autres, j'ai beaucoup joué seule, beuheuheu. Motivée jusqu'au bout des ongles, Robert. J'ai trouvé deux trois trucs sympas ces derniers jours à la gratte, ressorti les vieux dossiers, chansons sur papier pris dans les toiles d'araignées. We'll see if it works or not.


Il y a aussi le miracle de ce début d'été avec la fête de la musique, ses groupes et ses erreurs de castings, de quoi se chauffer les oreilles de plaisir ou par masochisme. En france, et en Belgique, faut pas croire que l'on soit épargnés, mais ça fait du bien de voir que ça enjoue encore pas mal de gens ce genre d'évènements culturels collectifs. 


On me verra peut-être avec ma bouille à la Place des Palais, ou pas loin. C'est à voir.


En attendant tout ça (et le repose guiboles du dimanche), je me bourre de jus de fructose fait maison. Tu parles d'un idée pétillante, je galope telle la gazelle en mode "je me fais pister par un lion". Ouais bon, si t'as pas pigé la métaphore, c'est que le liquide ne peux pas en plus d'être bon résoudre les problèmes de soudures entre mes Rones-Neu. 


Bon Weekend. Pas trop de morts sur les routes. Bois, chante, fume, ou bouge du popotin. En gros,  kiffe la vie Camarade.
 

Repost 0
Published by mponesisgreat - dans - My music - My mind
commenter cet article
19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 17:30

Cela fait bien 20 ans que je suis née maintenant, 4 ans d'écart entre chaque soeur.
Si l'on observe une famille au quotidien, on se rend compte du supra langage, cet espèce de code qui se met en place sans rien dire et qui fait se babiller la famille entière.


Les gestes d'abord, les gros yeux pour l'avertissement, l'intonation, on ne marche pas au radar chez soi, sauf quand on est pompette ou une hallucinée du réveil comme moi. Il y a des signes qui mettent en garde, qui interpellent, une tasse qu'on a l'habitude de voir trôner à un certain endroit après le déjeuner, les habitudes de chacun qui s'entremêlent.


Ce qui m'a toujours interpellée, c'est ce nouveau langage qui se développe entre frangines. Mieux que tout, il y a la langue des nènes, les expressions pourries made in moi ( genre, je kiffe la vibe du motorhome, je vous expliquerai promis...), les "ntss, ntss ", les regards désespérés jetés en l'air pour bien signifier qu'on a honte d'être soeur de pareils phénomènes.


Puis l'accalmie, c'est le moment on l'on se lie pour un cause commune, généralement le premier pallier est réservé à faire chier toute la casbah pour arriver à nos fins.
Des fois c'est vicelard, du mauvais humour pour montrer aux parents que leur progéniture peut elle aussi faire valoir ses droits malgré ses membres jeunes et inexpérimentés dans l'art de la rhétorique.
Parfois c'est touchant. Mais c'est rare.


Une fratrie s'emporte toujours contre elle-même, il y a les problème d'ego de personne qui cherchent à grandir mieux que les autres, en chouchou, ou en téméraire. Ceux qui perdent leur place et la reprennent, ceux qui trichent pour s'attirer des faveurs, ne laissent jamais tomber les éclats d'une erreur. Les mioches parfaits et ceux qui les vomissent.

 

Pas de quoi se révolter quand on est soeurs ou frères, il y en aura toujours un meilleur que l'autre. C'est la taquinerie qui veut ça. Pas un jour sans chamailleries, les enfants qui s'entendent sont ceux qui ne cherchent rien.
J'ai toujours essayé d'être celle qui était la plus forte mentalement, la première a toujours tout sur les épaules, de ce qu'elle doit montrer comme exemple, à la définition de son avenir sans schéma pré-établi.


Je m'éloigne.


Dans ces façons si diverses de s'exprimer au sein d'une famille, des baffes à la tendresse, des cris aux bouderies les plus équivoques, il reste toujours ces évidences où malgré ces rencontres entre êtres qui cherchent à se vivre, ce sont sûrement les personnes qui savent le mieux se décrypter entre elles. Des tests permanents, des joutes intimidantes, un vrai combat d'égoïstes entre gens qui s'aiment foncièrement. Par principe sûrement, mais aussi parce que l'on exige toujours de quelqu'un qui est si proche de nous, d'être irréprochable, dans l'adversité comme dans ces moments où tout va bien...Plus ou moins.


"L'on hait avec excès lorsque que l'on hait un frère." Jean Racine

 

Repost 0
Published by mponesisgreat - dans - Ma tête en 3D
commenter cet article
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 11:08
Repost 0
Published by MWASINONTWA - dans - My music - My mind
commenter cet article